Centre communautaire Jean-Guy Drolet | Centre communautaire Ferland
 Centre communautaire Marchand | Villa Ringfield
 
 
 
 

Centre communautaire Jean-Guy Drolet

Adresse
16, rue Royal-Roussillon (angle 1re Avenue et 13e Rue)
Québec (Québec), G1L 2J7

Téléphone : (418) 529-2825
Télécopieur : (418) 529-3528

Historique 
Le Centre communautaire Jean-Guy Drolet (CCJGD) existe depuis 1936. D'abord un centre récréatif de type paroissial, il s'est transformé au cours des années en un centre communautaire de loisir privé à but non lucratif. Ainsi, le CCJGD 
a su adapter sa mission et sa philosophie aux particularités de la vie actuelle afin de mieux répondre tant aux besoins qu'aux attentes de la collectivité du Vieux-Limoilou. 

Notre mission

Le Centre communautaire Jean-Guy Drolet s'est donné une mission qui vise l'entraide et le loisir.

  • Il offre un milieu de vie aux gens du quartier
  • Il accueille les gens de façon personnalisée et sans distinction de race, de langue,
    de religion, de classe sociale, d'instruction, d'handicap, etc.
  • Il constitue une porte d'entrée pour la socialisation des gens et pour la prévention sur le plan de la santé et de la criminalité
  • Il offre des activités diversifiées pour tous les âges sur les plans du sport, du loisir, de la culture, du plein air, de l'entraide, de la vie sociale, etc.

Notre philosophie

Le Centre communautaire Jean-Guy Drolet adopte une approche qui vise le mieux-être et le mieux-vivre des gens du quartier Limoilou. Le CCJGD utilise le loisir comme agent de socialisation, de renforcement du lien familial et de la vie communautaire.

 

Centre communautaire Ferland

Adresse
1600, 8e Avenue
Québec (Québec), G1J 3N5

Téléphone: (418) 641-6384
(Salles polyvalentes, piscine, gymnase, patinoire extérieure, modules de jeux, jeux d’eau, skate-parc, terrain de basketball, terrain de pétanque, terrain de volleyball de plage, terrain de soccer)

Le parc Ferland a été nommé en souvenir de l'abbé Joseph-Arthur Ferland (1896-1938), fondateur de l'Oeuvre des terrains de jeux (OTJ) de Québec et le premier directeur de l'organisme de 1929 à 1934. Il était vicaire de la paroisse Saint-Roch en 1933.

 

Centre communautaire Marchand

Adresse
2740, 2e Avenue
Québec (Québec)

Téléphone: (418) 624-7272 

(Salles polyvalentes, piscine extérieure, patinoire extérieure, modules de jeux, terrain de basketball, jardin communautaire, jeux d’eau, terrain de soccer)

Historique
Ainsi nommé en hommage à l'abbé Gérard Marchand (1904-1980), fondateur de la Paroisse St-Albert-le-Grand dont il fut curé de 1946 à 1973, inauguré par le Maire de Québec, Monsieur Jean Pelletier, le 20 octobre 1985.

 

Villa Ringfield

Adresse
1185, rue La Sarre
Québec (Québec)

Historique
Dans la première moitié du 19e siècle, sur la Route de Charlesbourg (l’actuelle 1re Avenue de Limoilou), à l’ouest du pont Dorchester, un terrain six cents acres nommé Smithville appartenait au fermier Charles Smith. En 1840, le constructeur naval irlandais George Holmes Parke fit l’acquisition de cent acres de ces terres situées à l’ouest du ruisseau Lairet, à l’emplacement de la Ferme des Anges

Dès lors, ce terrain borné au sud par la rivière Saint-Charles et à l’est par la Route de Charlesbourg, reçoit le nom de Ringfield, en référence aux traces laissées par le fort circulaire de l’armée de Montcalm et où les troupes du Roi de France auraient capitulé devant l’armée de Wolfe en 1759. Peu de temps après l’achat, M. Parke confie un mandat de construction au renommé architecte Frederick Hacker pour y édifier une villa. Après le départ de la famille Parke en 1909, la Villa Ringfield aura servi d’hôpital de fortune (tenu par les Sœurs de St-François-d’Assise), d’école et des chambreurs dans le besoin et des entrepreneurs y ont occupé les lieux. 

Depuis 2002, c’est le Centre communautaire Jean-Guy Drolet, un organisme de loisir à but non lucratif, qui en est le propriétaire et gestionnaire. Dorénavant à vocation récréative et culturelle les Salles Parke et Smith de la Villa Ringfield sont utilisées pour la tenue de diverses activités de loisir telles que des réceptions, réunions et soirées-conférences.

Pour voir le rapport Trépanier, cliquez ici.